Cameroun: Les sénateurs informés sur le contrôle du tabac et les résultats du GATS

Publié le : 23rd novembre, 2016
Cameroun: Les sénateurs informés sur le contrôle, Pierre NGALLI NGOUA

Organisée par le Sénateur Henri NGALLI NGOUA, « Champion » de la C3T en matière de lutte anti-tabac au Cameroun et président de la Commission de la Production et des échanges du sénat , une rencontre d’information des sénateurs  sur le contrôle du tabac au Cameroun s’est tenue le 11 juin 2015, à l’Hôtel Jouvence 2000 à Yaoundé .

Au cours de cette rencontre d’information avec les sénateurs, organisée avec le soutien de Campaign for tobacco free kids (CTFK), les responsables de la C3T, et du Ministère de la Santé Publique ont exposé sur la situation du tabac et les données de la première enquête nationale sur le tabagisme au Cameroun. Des propositions ont été également formulées donc l’adoption d’une loi nationale anti tabac.

Ainsi, M. Patrick Nsangou, de la Coalition Camerounaise Contre le Tabac (C3T), porte à la connaissance de la séance que « le Cameroun est un pays producteur de tabac, qui compte des industries de transformation, d’importation et d’exportation « . Le tabac est très accessible: « la commercialisation du tabac est libre, et grâce à la contrebande et commerce illicite, les produits de tabac sont vendus à vil prix dans la rue et à proximité des lieux de rencontre des jeunes », a-t-il confié.

Pascal AWONO, chef de service du tabagisme au Ministère de la Santé Publique, a, dans sa présentation , montré que la situation est alarmante: « Selon L’enquête mondiale sur le tabagisme chez les adultes (Global Adult Tobacco Survey, GATS 2013), 8,9% des adultes au total (1,1 million d’habitants) utilisent actuellement des produits du tabac, 39,7% environ (6,72 million d’habitants) sont exposés à la fumé du tabac sur le lieu public » a-t-il confié. Avant d’ajouter  » 80,4% des adultes sont en faveur d’une interdiction de fumer dans tous les lieux publics intérieurs et les dépenses sur les cigarettes manufacturées, représentent en moyenne 8,9 % du PIB mensuelle [2013] par habitant ».

Les représentants de la chambre haute du parlement prennent la préoccupation au sérieux.  » Le tabagisme est un fléau qui menace grandement la prospérité de notre pays et c’est pour cette raison que le Cameroun  ratifié en 2006, la Convention Cadre pour la Lutte Antitabac de l’OMS (CCLAT). Les représentants du peuple que nous sommes travaillent au quotidien pour que la vision du chef de l’État lors de la signature de la CCLAT devienne une réalité », a confié le sénateur Pierre Henri NGALLI NGOA.  Les sénateurs ainsi édifiés sur le contrôle du tabac ont promis s’impliquer dans le processus d’adoption d’une loi anti-tabac pour son aboutissement.

Les dispositions importantes de cette loi qui doit être conforme aux dispositions de la CCLAT ont été présentées aux participants. A ce sujet, Maître Gabriel EYANGOH fait savoir qu’une loi conforme à la CCLAT doit prévoir:

  1. Interdire la publicité, la promotion et le parrainage du tabac et de ses produits ;
  2. Exiger que le conditionnement et l’étiquetage extérieur des produits du tabac portent des mises en garde sanitaires pertinentes et ne contribuent plus à leur publicité et à leur promotion;
  3. Sensibiliser les populations, particulièrement la jeunesse sur les méfaits du tabagisme ;
  4. Protéger les populations contre l’exposition à la fumée du tabac en interdisant de fumer dans les lieux publics ;
  5. Promouvoir la reconversion des tabaculteurs.
  6. Renforcer la lutte contre le commerce illicite des produits du tabac.

 

Source : Blog C3T

Retrouvez d'autres publications